Je suis étonné de voir a quel point on peut s’attacher et être touchés par des gens que l’on connait juste pour quelques semaines. J’ai passé les 3 dernières semaines travailler comme volontaire dans un foyer pour enfants « en danger », appelé Calvary Children’s Home. Cette maison est gérée par Charlie et Brenda Pillon, un couple de Californiens, qui s’est senti appelé par le Seigneur a aider le peuple Birman. Cette maison est située à Mae Sai en Thaïlande, juste à la frontière avec la Birmanie (aussi appelé Myanmar). Mae Sai est la ville la plus au nord de la Thaïlande, apparemment plus de 60% de la population de Mae Sai est Birmane, d’autre part cette ville étant en Thaïlande, nous pouvons encore profiter de libertés que nous n’aurions pas si nous étions en Birmanie. La combinaison des deux, fait de Mae Sai le lieu idéal pour atteindre le peuple Birman.

Le but de cette maison est de prendre soin et de protéger les enfants « en danger » provenant des tribus de Myanmar. Toute cette région de la Thaïlande et de la Birmanie est connue pour alimenter le trafic sexuel, les bandes organisées forcent les enfants à mendier dans les rues et les battent si ils ne rapportent pas assez d’argent, … Cette maison n’est pas un orphelinat, la plupart des parents de ces enfants sont encore en vie. Il y a beaucoup de raisons différentes qui conduisent ces enfants à venir à la maison, nous ne pouvons pas résumer leur passé en une seule raison. Cela est évidemment plus complexe, les causes sont enracinées dans leurs croyances, culture et mode de vie difficile (pauvreté, drogue). Certains des parents sont dépendant à l’opium, certains enfants sont abandonnés par un beau-père qui ne veut pas subvenir au besoin de l’enfant qui n’est pas le sien, …

J’aimerais partager cette histoire un peu particulière. Cette dame vivait dans une tribu de Myanmar, cette tribu a un chef, les gens ne sont pas éduqués et suivent les traditions dictées par le chef. Ce genre de tribu est très superstitieuse, ils croient aux esprits. Une de leur croyance, c’est que d’avoir une naissance de jumeaux leur apporte malchance dans la communauté. Alors, quand les jumeaux naissent, ils tuent généralement l’un d’eux en l’étouffant, ils mettent des cendres dans son nez. Habituellement, le chef du village demande aux parents de le faire. La dame se rendit compte qu’elle avait des jumeaux, elle savait ce qui allait arriver… Elle a donc décidé de quitter quand elle était encore enceinte et après avoir donné naissance aux deux bébés, elle est venue à notre maison avec les enfants et a demandé de prendre soin de l’un d’eux.

Tous les enfants sont scolarisés à domicile, les cours se donnent en anglais. À l’heure actuelle, ils ont 9 enfants de 2 ans à 15 ans. Mon rôle était d’être un parent et un professeur à la maison. Chaque jour, nous suivions la même routine, les corvées avant le déjeuner, cours le matin, sieste dans l’après-midi suivis par les jeux. Et le soir s’était l’heure d’une histoire ou chants ou encore un film. J’ai adoré être avec eux. C’était beaucoup de travail mais je ne l’ai jamais ressenti comme cela, j’ai apprécié d’être avec eux, jouer avec eux, entendre leurs commentaires amusants et leurs questions. Dieu m’a ouvert les yeux sur beaucoup de choses au sujet de la gestion d’une telle maison pour enfants: les différences culturelles, les choix éducatifs, … J’ai dû faire des choses que je n’avais jamais faites auparavant, venir avec des idées et montrer certaines initiatives. J’ai beaucoup appris. Cela a été une grande expérience et une grande confirmation que Dieu m’appelle à travailler avec des enfants « en danger ». Je suis très reconnaissant pour cette opportunité et chacun d’entre eux me manquera profondément …

Publicités